L’ANIE sera chargée de superviser la campagne électorale, et notamment de répartir équitablement le temps de parole entre les différents candidats. [1] The election had originally been scheduled for 18 April, but was postponed due to sustained weekly protests against plans by the incumbent president Abdelaziz Bouteflika to run for a fifth term. Après seulement cinq jours de la convocation du corps électoral, 61 candidats potentiels à l’élection présidentielle du 18 avril 2019, ont retiré les formulaires de candidature au niveau du Ministère de l’intérieur. Parmi les cinq candidats figurent sans surprise les deux favoris de la présidentielle du 12 décembre : Ali Benflis, 75 ans, ancien chef du gouvernement et deux fois candidat malheureux à l’élection présidentielle ; et Abdelmadjid Tebboune, ministre à plusieurs reprises, ancien wali (préfet) et éphémère Premier ministre – en 2017 – du président Abdelaziz Bouteflika. [9], Former prime minister Ahmed Benbitour, former minister Abdelaziz Rahabi, Ali Fawzi Rebaine, Mohamed Said and Rachid Nekkaz, announced that they are not candidates because of the political climate. Bouteflika resigned on 2 April and Abdelkader Bensalahwas elected acting president by parliament a week later. [11][30], In September, 56 mayors in Kabylie stated that they would refuse to organise the practical aspects of the 12 December election in their municipalities and would do everything in their power to prevent the election taking place. En effet, un nouveau bilan provisoire du département de Noureddine Bedoui arrêté à 17H00 de ce mardi 22 janvier, fait état de l’enregistrement de 61 lettres d’intentions déposées au siège du Ministère de l’intérieur. C’est presque le double du chiffre de 32 candidats enregistrés lundi. Member State of the Arab League, The 2019 Algerian presidential election was held in Algeria on 12 December 2019. Le ministère de l’Intérieur autorise la création de dix nouveaux partis... Report de l’élection, prolongation du 4e mandat: Un vendredi décisif. Parmi eux figurent quatre anciens ministres. [11], The President of Algeria is elected using the two-round system; if no candidate receives a majority of the vote in the first round, a second round will be held. [citation needed][clarification needed] Former prime minister Abdelaziz Belkhadem was expected to be a candidate. consultable sur smartphone, PC et tablette. Member State of the African Union Présidentielle en Algérie : vers un duel inédit entre Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune ? [31], The official campaign period is from 17 November 2019, the opening of the election campaign, to 8 December 2019, the final day on which campaigning is allowed. The Tajamou Amel El-Djazaïr former minister Amar Ghoul (in prison at the time) announced his participation in the vote. Dénonçant la violation des droits de la défense, les avocats annoncent... Importation de blé : Le ministre de l’agriculture confirme la modification... Industrie publique : La production recule de 14,1% au 2eme trimestre... Relance économique : L’ouverture des frontières au cœur des débats, Alger : 6e sit-in de solidarité avec le journaliste Khaled Drareni, Jugement de Bouteflika, affaire de la réunion secrète… Farouk Ksentini s’exprime, https://www.algerie-eco.com/wp-content/uploads/2017/06/banniere-07b-1.mp4, Algérie-Eco publie la liste des 851 produits interdits à l’importation. Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique. The election had originally been scheduled for 18 April, but was postponed due to sustained weekly protests against plans by the incumbent president Abdelaziz Bouteflika to run for a fifth term. [citation needed], The Forces of the Democratic Alternative, a coalition including the Socialist Forces Front (FFS), the Rally for Culture and Democracy (RCD), the Workers' Party (PT), the Socialist Workers Party (PST), the Union for Change and Progress (UCP), the Democratic and Social Movement (MDS), the Party for Secularism and Democracy (PLD) and the Algerian League for the Defense of Human Rights (LADDH),[29] announced their refusal to participate in the vote. [34] The low turnout, as well as the relatively high number of spoiled ballots out of those who did participate, was seen as a continuation of the pro-democracy protests that preceded the resignation of Abdelaziz Bouteflika, as all approved candidates in the election were seen as members of the political establishment. [12], The Algerian Constitution of 2016 created the Haute instance indépendante de surveillance des élections [fr] (HIISE) to have overall responsibility for organising elections. [8] In their 200000 strong protest on 1 November,[9] Algerian protestors rejected the 12 December election and called for a radical change in the system to take place first. [23] Both candidates' applications were lodged on 25 May, and later rejected by the Constitutional Council, which cancelled the election due to what it called the "impossibility" of organising the election. Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a annoncé samedi 2 octobre lors d’une conférence de presse les noms des cinq candidats retenus pour le scrutin présidentiel du 12 décembre. Sont enfin en lice pour briguer la magistrature suprême, Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustakbel et Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme et ex-cadre du Mouvement de la société pour la paix (MSP) – seul représentant islamiste, les autres formations de la mouvance ayant décidé de ne pas prendre directement part au scrutin. [16][13], Bensalah is not eligible to participate in the presidential election. Dans l'actualité Ce général à la retraite, sans parti, ni passé militant connu, a débarqué sur la scène politique fin 2018 en promettant "le changement". L'élection présidentielle algérienne de 2019 a lieu le 12 décembre 2019 en Algérie, après deux reports dans la même année. FOCUS - Six candidats s'opposeront au président sortant, Abdelaziz Bouteflika, alors que de nombreuses manifestations ont lieu dans toute l'Algérie. Ibrahim Boubacar Keïta - Catherine Samba Panza - Alassane Ouattara - Faure Gnassingbé - Paul Kagame - Idriss Déby Itno - Alpha Condé - Africa CEO Forum - Abdelaziz Bouteflika - Mahamadou Issoufou, 2020, une année pour réinventer l’Afrique, Ali Benflis, 75 ans, ancien chef du gouvernement, éphémère Premier ministre – en 2017 – du président Abdelaziz Bouteflika, Azzedine Mihoubi, ex-ministre de la Culture et secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND), Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme et ex-cadre du Mouvement de la société pour la paix (MSP), les autres formations de la mouvance ayant décidé de ne pas prendre directement part au scrutin, le rejet populaire d’une élection organisée sous la houlette du système actuel, Présidentielle en Algérie : participer à l'élection du 12 décembre ou la boycotter, le débat qui divise. Ali Ghediri a remis son dossier de candidature au Conseil constitutionnel dimanche et soutient les manifestations hostiles à un cinquième mandat du président algérien. [3] On 10 April the election was rescheduled for 4 July. 143 personnalités et partis politiques avaient retiré les formulaires de souscription, mais de nombreux aspirants candidats ont buté sur l’opération de collecte des parrainages des électeurs. [4] On 2 June the Constitutional Council postponed the elections again, citing a lack of candidates. [13], On 22 February 2019, protests took place in Algiers, Oran, Sétif, Annaba and other Algerian cities over Bouteflika's bid to continue for a fifth term. Il a également précisé que Abdelmadjid Tebboune est celui qui a présenté le plus de parrainages : 124 000, dont 104 000 ont été validés. Lancement d’un programme de logements LPA, sous une nouvelle formule en... CNR : Pas d’augmentation des retraites en 2018. [19] A week later, on 11 March 2019, Bouteflika withdrew from the race and postponed the election. Dans la liste de candidats annoncée par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, on retrouve également Azzedine Mihoubi, ex-ministre de la Culture et secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND). Aissa Belhadi, president of the Front of Good Governance; Abdelkader Bengrina, president of the El-Bina Movement; Ali Zeghdoud, president of the Algerian Rally party; Abdelmadjid Tebboune, former Prime Minister; Azzedine Mihoubi, former Minister of Culture; Abderrahmane Arrar, coordinator of the Civil Force for Change. Il est suivi de Ali Benflis (81 000 validés), Abdelaziz Belaïd (85 000), Abdelkader Bengrina (83 000) et Azzedine Mihoubi (65 000). Tous les candidats à cette élection présidentielle qui se tient jeudi 12 décembre ont été liés politiquement au régime et ont parfois été de proches collaborateurs d’Abdelaziz Bouteflika. September 2019: Convocation of the electorate by the Acting Head of State, 26 October 2019: Deadline for applications, 2 November 2019: Validation and publication of the list of qualified candidates by ANIE, 9 November 2019: Validation and publication of the list of candidates by the Constitutional Council, This page was last edited on 25 September 2020, at 20:28. Algérie : quand Bouteflika voulait parler avec Israël, [Chronique] Tebboune, le Hirak et Bernard de la Villardière, Algérie : au cœur du premier cercle du chef de l’État Abdelmadjid Tebboune, Algérie : abstention record pour une présidentielle contestée, Présidentielle en Algérie : la difficile campagne du candidat Abdelmadjid Tebboune, Algérie : manifestation à Alger en faveur de la présidentielle, Présidentielle en Algérie : le Conseil constitutionnel entérine l’élection d’Abdelmadjid Tebboune, Présidentielle en Algérie : Abdelmadjid Tebboune élu au premier tour avec 58,15 %, Présidentielle en Algérie : le sort des détenus d’opinion embarrasse les candidats, Algérie : mobilisation moins dense à Alger pour le 45e vendredi de contestation, Élection d’Abdelmadjid Tebboune en Algérie : « Le commandement militaire nie la désaffection populaire », Marche des étudiants à Alger : « Nous sommes tous en colère, mais nous resterons pacifiques », © Jeune Afrique 2020, tous droits réservés. Identifiez-vous pour accéder à vos services. Dans un bureau de vote à Alger, lors du scrutin de ce 23 novembre 2017 en Algérie (illustration). [17][18], On 3 March 2019, a day after his 82nd birthday and while undergoing medical tests in Switzerland, President Abdelaziz Bouteflika formally submitted his candidacy, but said in a statement read on state TV that he would not serve a full term if re-elected. The Rally for Culture and Democracy estimated the turnout five times lower, at 8%. Édité uniquement sur internet, algerie-eco.com est un journal d’information indépendant. On 2 June the Constitutional Council postponed the elections again, citing … If possible, verify the text with references provided in the foreign-language article. [27] Thomson Reuters described the candidates as "men on the ballot [who] all have close links with the establishment, and though some of them pushed for reforms, many still see them as part of an entrenched, unchanging elite. [24], Potential candidates Ahmed Gaid Salah and Noureddine Bedoui won't run. [11] This was followed by the Society for Peace Movement, which made a similar decision for the same reasons. [21], On 4 April 2019, Ali Ghediri, a former Director of Human Resources at the Ministry of Defense, announced his candidacy. Preliminary results showed that former Prime Minister and Minister of Housing Abdelmadjid Tebboune won the election in the first round, leading his nearest opponent (Abdelkader Bengrina of the Islamist El Binaa party) by over 40% of the valid votes. [6] The election was rescheduled for 12 December 2019 and ANIE, of disputed constitutional validity,[7][6] announced five valid candidates on 2 November. 22 janvier 2019 / 20 :42 Après seulement cinq jours de la convocation du corps électoral, 61 candidats potentiels à l’ élection présidentielle du 18 avril 2019, ont retiré les formulaires de candidature au niveau du Ministère de l’intérieur. Pendant une semaine, Jeune Afrique vous propose analyses et décryptages. [citation needed], 145 people picked up their application forms, including:[25], The five candidates announced by Mohamed Chorfi, head of the electoral authority, on 2 November 2019 are:[8], Al Jazeera English described the five candidates as "all part of the political establishment", whose departure from power is one of the main aims of the 2019 Algerian protests. For the third attempt to organise the 2019 presidential election, the Algerian lower and upper houses of parliament created the Autorité nationale indépendante des élections (ANIE). On 10 April the election was rescheduled for 4 July. [6] Fouad Makhlouf, secretary-general of HIISE, had stated earlier, in April 2019, that the replacement of HIISE's role by an alternative electoral body would be unconstitutional. The official estimate of the turnout of just under 40% of eligible voters was the lowest of any Algerian presidential election held since independence, primarily due to boycotts by citizens and political parties alike. Il s’agit selon la même source de 11 lettres d’intention émanant de partis politiques, et de 50 lettres d’intention introduites par des prétendants indépendants. Toute l'actualité de l'Afrique anglophone, Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui. Do not translate text that appears unreliable or low-quality. Early 2019 protests and internet censorship, Autorité nationale indépendante des élections, Haute instance indépendante de surveillance des élections, Algerian League for the Defense of Human Rights, "Algerian presidential election fixed for December 12, says interim president", Algerian president Abdelaziz Bouteflika drops bid for fifth term, Abdelkader Bensalah named Algeria's interim president, "Algeria to hold elections on July 4: presidency", "Algeria elections planned for 4 July 'impossible', authorities say", "Lois organiques encadrant les élections – Bâclage des procédures et violation de la Constitution", "Fouad Makhlouf, SG de la Hiise " La création d'une instance d'organisation des élections est illégale, "Five candidates to run in Algeria's presidential election next month", "Marche du 1er novembre à Alger : l'incroyable force de la révolution pacifique", "Algerians protest election plan, mark independence war", "Présidentielle du 12 décembre : Le front du boycott s'élargit", People's Democratic Republic of Algeria: Election for President, "Algerians have been out in force against their president's bid for a fifth term", "Algeria rocked by mass protest against Bouteflika re-election bid", "Algerian police use tear gas as rare anti-government protests enter third day", "Multiple targeted internet disruptions in Algeria amid mass-demonstrations", "Algerian Constitutional Council declares presidency vacant", "Abdelkader Bensalah, un fidèle de Bouteflika qui va assurer l'intérim en Algérie", "In face of protests, Algeria leader vows to quit early if re-elected", "Algeria president drops bid for fifth term", "Ali Ghediri premier candidat déclaré à la prochaine présidentielle", "Ils sont les seuls à avoir déposé leur dossier au conseil constitutionnel – présidentielle du 4 juillet: Ce qu'on sait des 2 candidats", "L'élection présidentielle du 4 juillet annulée", "Présidentielle du 12 décembre: 145 postulants retirent les formulaires de souscription", "Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika ? Lawyer Faïz Moussi and constitutional expert Ahmed Betatache described the procedures for creating ANIE as rushed and unconstitutional. The 2019 Algerian presidential election was held in Algeria on 12 December 2019. Recevez chaque jour par email, les actus Jeune Afrique à ne pas manquer ! The announcement followed weeks of protests against his plan to seek a fifth term in office. De gauche à droite sur la vidéo : Azzedine Mihoubi (60 ans), Abdelaziz Mihoubi (56 ans), Ali Benflis (75 ans), Abdelkader Bengrina (57 ans) et Abdelmadjid Tebboune (74 ans). Protestor Smain described the symbolism by stating that the election "is completely rejected ... as garbage".[28]. [33], On 17 November, the day that the five candidates opened their campaigns, protestors objecting to the election, perceiving it as a continuation of the same group of people retaining political power, posted sacks of garbage on panels allocated for presidential candidates' campaign posters. La course débutera officiellement le 7 novembre, dans un contexte marqué par le rejet populaire d’une élection organisée sous la houlette du système actuel, mais aussi par l’installation contrariée de plusieurs délégations locales de la commission électorale à travers le pays, notamment en Kabylie. Initialement prévu pour le 18 avril 2019, le scrutin devait voir la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel. Les noms de cinq candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre ont été dévoilés, samedi, par l'Autorité de contrôle des élections. ", "Algeria presidential election: Five candidates announced", "Algerian protesters attack 'garbage' presidential campaign", "Réunies hier au siège du RCD : Les Forces de l'Alternative démocratique rejettent "l'agenda de la présidentielle, "PLD : "Cette présidentielle ne garantit pas le départ du système, "Kabylie, vers un boycott massif des élections du 12 décembre", "Présidentielle: l'ANIE annonce samedi après midi la liste des candidats retenus", "Présidentielle du 12 décembre : Agenda du 22e et dernier jour de la campagne électorale", "Le RCD s'offusque du comportement du pouvoir : "Le taux de participation réel à la présidentielle n'a pas dépassé les 8%, https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=2019_Algerian_presidential_election&oldid=980316350, Articles to be expanded from November 2019, Articles needing translation from Arabic Wikipedia, Articles needing translation from French Wikipedia, Articles with unsourced statements from October 2019, Wikipedia articles needing clarification from November 2019, Articles with unsourced statements from November 2019, Creative Commons Attribution-ShareAlike License. Profitez de tous nos contenusexclusifs en illimité ! [14][15] Algerians reported difficulty accessing online services and the NetBlocks internet observatory published technical evidence of multiple targeted internet disruptions at demonstration flashpoints in Tizi Ouzou and around Algiers. [5] A new electoral authority, Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), was created in mid-September as an alternative to the existing Haute instance indépendante de surveillance des élections [fr] (HIISE) defined by the 2016 constitution.